LIRE AUSSI

0 2 minutes 6 mois

La confrérie des Frères musulmans est considérée comme une organisation “terroriste” en Égypte depuis 2013

Douze peines de mort prononcées en Égypte contre des membres des Frères musulmans, dont deux leaders de la confrérie islamiste, ont été confirmées par une cour égyptienne, a indiqué lundi un responsable judiciaire.

La Cour de cassation a également réduit les peines de mort de 31 autres membres de la confrérie -ayant participé en 2013 à un sit-in islamiste au Caire où des centaines de personnes avaient été tuées par les forces de sécurité – à des peines de prison à perpétuité, a précisé ce responsable.

Ceux condamnés à mort étaient accusés d’avoir “armé des gangs criminels qui ont attaqué des résidents, résisté à la police et d’avoir été en possession d’armes à feu et de munitions ainsi que de matériel pour la fabrication de bombes“, peut-on lire dans le jugement de la Cour.

Les autres chefs d’accusation retenus incluent “le meurtre de policiers“, la “résistance aux autorités” et “l’occupation et la destruction de biens publics“, selon le tribunal.

Ces décisions de justice ne peuvent faire l’objet d’appels, a souligné le responsable judiciaire.

Les Frères musulmans, aujourd’hui considérés comme une organisation “terroriste“, ont été rayés du paysage politique en 2013, après le bref mandat d’un an de l’un des leurs, Mohamed Morsi. 

Premier président élu démocratiquement après la révolte populaire de 2011, M. Morsi avait été destitué par l’armée, alors dirigée par le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, devenu depuis président, à la faveur de manifestations de masse.

L’affaire, qui remonte à 2013 et est connue localement comme l'”affaire de la dispersion du sit-in de Rabaa“, comptait initialement plus de 600 accusés. 

afp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *