fbpx

Des milliers de personnes manifestent au Mali pour soutenir les dirigeants de l’armée

Partager sur
fb-share-icon660
450
Pin Share20

Des milliers de personnes ont manifesté mercredi dans la capitale malienne, selon des journalistes de l’AFP, soutenant les dirigeants militaires du pays et protestant contre l’ingérence étrangère présumée dans l’État du Sahel.

La manifestation intervient alors que l’homme fort de l’armée, le colonel Assimi Goita, fait face à une pression internationale croissante pour renoncer à un éventuel accord avec la société de sécurité privée russe Wagner.

L’ancienne puissance coloniale, la France, qui compte des milliers de soldats au Mali, a mis en garde contre l’accord après que des informations sur le Mali était sur le point d’embaucher 1 000 paramilitaires Wagner ont fait surface ce mois-ci.

La ministre française de la Défense Florence Parly a déclaré cette semaine que son gouvernement “ne pourra pas cohabiter avec des mercenaires”.

L’Allemagne, qui a également des troupes dans ce pays déchiré par la guerre de 19 millions d’habitants, a déclaré qu’elle reconsidérerait son déploiement si le Mali concluait un accord avec Wagner.

Un responsable de la police qui a demandé à garder l’anonymat a déclaré qu’environ trois mille personnes s’étaient présentées au rassemblement de mercredi dans la capitale Bamako.

De nombreux manifestants ont brandi des drapeaux maliens et des pancartes pro-militaires, ont constaté des journalistes de l’AFP. Certains ont également agité des drapeaux russes.

Siriki Kouyate, porte-parole du groupe qui a organisé la manifestation, a déclaré que l’intervention militaire de la France au Mali avait échoué.

“Cela ne peut pas continuer”, a-t-il ajouté.

Le Mali a du mal à réprimer une insurrection djihadiste brutale qui a émergé pour la première fois en 2012, mais s’est depuis propagée au Burkina Faso et au Niger voisins.

La France est intervenue au Mali en 2013 et a repoussé une avancée djihadiste, mais le conflit s’est intensifié malgré la présence des troupes françaises.

L’implication militaire française a conduit à des manifestations périodiques au Mali et est fréquemment critiquée sur les réseaux sociaux.

La manifestation de mercredi intervient également alors que les partenaires du Mali craignent de plus en plus que le gouvernement ne parvienne pas à organiser des élections au début de l’année prochaine.

Goita a renversé le président Ibrahim Boubacar Keita l’année dernière et a organisé un deuxième coup d’État contre un gouvernement intérimaire en mai.

Alors qu’il a promis de respecter la date limite de février 2022 pour les élections fixée par le gouvernement intérimaire, peu de préparatifs ont été faits.

Plus tôt ce mois-ci, des centaines de personnes ont également manifesté à Bamako après que la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, composée de 15 pays, a déclaré que la date limite des élections était “non négociable”.

Dans un discours prononcé mardi soir, Goita a appelé les partenaires internationaux du Mali à adopter “une meilleure lecture de la situation” dans le pays.

Partager sur
fb-share-icon660
450
Pin Share20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *